Menu Fermer

Une mère coureuse relève un défi d’étirement

&nbsp ;

Pendant cette saison interminable d’annulations et de temps à la maison, I’ve a dû chercher de nouvelles façons de me divertir et de me mettre au défi. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai fait beaucoup de pain. J’ai réorganisé mon placard, deux fois. J’ai terminé Netflix.

Quand un de mes récents trous de lapin sur YouTube a conduit à une vidéo pour un “Stretching Challenge,&rdquo ; j’étais intrigué. Nous, les coureurs, sommes’peu connus pour faire de la musculation et des soins postopératoires nécessaires pour rester souple et sans blessure. De plus, mes hanches de femme d’âge moyen, grincheuses, réclamaient un peu d’attention.

J’ai fait défiler plusieurs applications et je me suis arrêté sur &ldquo ;Défi des 30 jours de fractionnement.”&nbsp ; (Je n’avais pas’prévu de pouvoir faire des fractionnements avant l’année prochaine, encore moins en un mois, mais c’était gratuit et il y avait de bonnes étirements tout autour). Il m’a permis de faire 30 jours d’étirements, en me donnant une petite coche satisfaisante à côté de chaque jour où je faisais la routine. Chaque jour durait environ 15 à 20 minutes, et j’ai fait un pacte avec moi-même : J’accepterais le défi des étirements si je pouvais regarder la télévision sans esprit pendant que je m’étire.

stretching challengeJour 1 : Après un échauffement facile, ma première pensée a été, “C’était une terrible erreur.”Je ne’savais pas que la Heron Pose allait faire partie de la routine. Quand cela a surgi, j’ai dû tout arrêter et taper sur Google les images de la pose du héron pour confirmer la position réelle. Il y a peut-être eu des jurons pendant que je tentais toutes sortes d’absurdités pour que mon corps se plie d’une manière qui ne ressemblait pas, même de loin, à la femme sur la photo. Je n’étais pas très bien parti.

Jour 6 : J’ai dû me convaincre de m’étirer parce que la réalité de mon inflexibilité au fil des ans était décevante. J’ai l’habitude de faire des étirements des mollets et j’appelle ça bien. C’était beaucoup plus intentionnel, beaucoup plus long et beaucoup plus ambitieux.

Jour 11 : J’avais espéré que ça irait mieux. C’est ce qui s’est passé et ça a’t. J’ai moins juré, mais je ressemblais toujours à un phoque sur une plage, essayant de faire faire à son corps des choses qui convenaient mieux à un animal avec plus d’articulations. J’étais’t aussi endolori, mais j’avais toujours du mal à me tenir en équilibre et je me renversais au milieu d’un quadruple étirement. Un nouveau creux dans mon parcours de remise en forme.

Jour 21 : J’ai mémorisé la séquence d’étirements et je n’avais plus vraiment besoin de l’application, mais j’ai aimé les petits détails et j’ai apprécié le minuteur qui m’a permis de rester concentré. J’ai été plus impressionné par ma cohérence que par les étirements eux-mêmes. Le Heron Pose—et le front splits—n’allait jamais se produire, mais le fait de suivre la routine et de tenir chaque étirement du mieux que je pouvais était une victoire pour moi.

Jour 25 : J’ai remarqué quelques changements physiques qui m’ont rendu heureux. Je n’avais plus l’impression de serrer mes orteils. Je me sentais—oserais-je dire—souple. Mon tendon droit qui aboyait habituellement à la fin d’une longue randonnée était’t aussi grognon, et il ne fallait pas’autant d’effort pour tenir chaque étirement comme au premier jour.

Jour 30 : Alléluia ! Je l’ai fait. Même si je ne serai jamais du Cirque Du Soleil, j’étais définitivement plus souple et aucun des étirements (à part, bien sûr, mon ami le Héron) n’était plus difficile. La répétition a ses avantages. Yay me !

Mes réflexions sur un défi d’étirement : je veux être le genre de personne qui continuera à s’étirer tous les jours. Je retourne courir après plusieurs mois avec un Achille grincheux, et je ne doute pas que les étirements m’aient aidé. Même si je ne m’étire pas tous les jours, des étirements variés quelques fois par semaine contribueront grandement à rendre mon corps heureux.

Mes réflexions sur les défis de la traînée : Un bon défi peut vous faire sortir de votre zone de confort et vous aider à fléchir ce muscle de consistance. En ces jours d’incertitude, il peut être apaisant de s’en tenir à une routine, même si ce n’est que pour quelques semaines.

Mais si un défi quelconque vous apporte la honte ou une frustration totale, laissez-vous aller. La vie est trop courte pour ces absurdités. Cela dit, si vous parvenez à vous mettre dans un Heron&mdash décent et à le tenir, ou si vous parvenez à vous frayer un chemin jusqu’au Split&mdash, je suis en admiration.

 Quelle est votre flexibilité ?

Le poste Une mère coureuse relève un défi d’étirement est apparue pour la première fois le Une autre mère coureuse.


Cet article a été rédigé par dimity et traduit par LesTapisdeCourse.fr. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesTapisdeCourse.fr perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.